S E M I S - TXTS  
  CONTACT COPYRIGHT ADAGP  
  -  
    2018  
       
    FIL CONDUCTEUR
 
       
    Ce fil est la matérialisation d'une onde.  
    Toute ligne inscrite dans la matière en est
la cristallisation.
 
    Ce qui est fugace, évanescent, muable devient
alors durable.
 
    Les ondes d'énergie donnent des formes qui
perdurent avant de se dissoudre.
 
    Le fil est symbole du destin humain.  
    Toutes les formes sont tissages.  
    Enregistrement d'une onde et de l'interférence  
    de deux ondes.  
    Une longueur d'onde caractérise chaque vibration,  
    chaque radiation, chaque rayonnement et des  
    particules de plus en plus subtiles et rares  
    sont découvertes par les scientifiques qui  
    cherchent continuellement à unifier ce qui  
    à priori semble différent.  
    On utilise les mêmes formes mathématiques  
    pour décrire une onde lumineuse, une corde  
    vibrante de guitare, une onde sonore ou une  
    onde aquatique.  
       
    La substance primordiale est ainsi représentée  
    en Australie par le Serpent-Premier comme c'est  
    le cas dans de nombreuses autres traditions.  
    De nombreuses histoires tribales citent le  
    Serpent-Arc-en-Ciel ; il représente la trame  
    de l'énergie ou conscience qui, au départ,  
    est paix absolue, puis se transforme en vibration  
    et devient son, couleur et forme.  
       
    L'onde fut représentée de tout temps et en  
    tout lieu par des vagues, comme celles gravées  
    dans les temps anciens sur les cairns ou sur  
    les tumulus, les menhirs celtes ou éthiopiens,  
    les Moai pascuans...  
    Les humains depuis toujours, gravent ou  
    dessinent une forme et utilisent la ligne  
    en tant que trace d'un mouvement.  
    Une voie ancestrale nous relie par une chaîne  
    ininterrompue aux premiers humains du règne  
    de la création et, à travers eux, aux règnes  
    qui l'ont précédé.  
    Accroché au fil de la vie, la personne est raccordée  
    à l'Energie présente dans l'Univers et à toutes  
    les créatures, en passant par tous ceux  
    qui l'ont précédée et en se projetant dans tous ceux  
    qui viendront, en accord avec la nature  
    environnante.  
    Pour les Indiens péruviens comme pour tous  
    les hommes primitifs :  
    Les plantes, les animaux et même les pierres  
    sont des êtres vivants.  
    Ils forment la chaîne continue de la vie.  
    Le Tout unique est tissé de tous les vivants  
    et de tous les morts.  
    Fil à fil se dit et se transmet chaque étape  
    de la vie : puberté, mariage, enfantement ou décès.  
    Le dessin, l'art du trait, peut-être l'une des  
    plus anciennes formes de l'art, a suscité très vite  
    la réflexion et l'interrogation sur ce qu'est  
    la condition humaine.  
       
    L'Ars lineandi, l'art de tracer une ligne, de la dessiner  
    ou de la graver, qu'il soit lombard, irlandais, celtique,  
    arabe, oriental, préhistorique, médiéval ou  
    contemporain, met en forme dans la matière  
    les élans de l'âme.  
    L'un des exemples de représentation graphique  
    de ce fil les plus extraordinaires est le ruban  
    d'A.D.N. qui évolue en milieu liquide.  
    Il se croise, se décroise, se noue sous l'action des  
    enzymes.  
    L'A.D.N. est un cristal apériodique qui reste  
    constant depuis sa création.  
    Seul l'ordre des quatre lettres qui le codent change  
    d'une espèce vivante à une autre.  
    Il serait apparu il y a environ 3,5 milliards d'années  
    et il s'est multiplié en un nombre incalculable  
    d'espèces différentes, tout en restant rigoureusement  
    le même.  
    Ainsi, la molécule d'A.D.N. est une longue chaîne  
    unique constituée de deux rubans entrelacés et reliés  
    en leur milieu par les quatre bases.  
    L'ADN et ses mécanismes de duplication sont  
    les mêmes pour tous les êtres vivants.  
    Cette constance remonte aux origines mêmes  
    de la vie sur Terre.  
    L'ADN peut être considéré comme un langage,  
    fait de lettres chimiques, en rapport avec les vingt  
    acides aminés qui servent à faire des protéines.  
    C'est un codage extrêmement intelligent.  
    La représentation de la triple hélice de collagène  
    par les scientifiques est un déploiement d'entrelacs.  
       
    Il est de plus en plus certain que la découverte  
    d'un code génétique unique pour l'ensemble des  
    êtres vivants, constitué de 64 mots, dont plusieurs  
    servent de ponctuation.  
    La vie est intelligence manifestée dans son triple  
    aspect de création, de conservation et de destruction.  
       
       
       
       
       
    A COMMON LINE  
       
   

This line is the materialization of a wave.
Any line etched in matter is the manifestation
of this line. All that is fleeting, evanescent
and protean thereafter becomes enduring.
Waves of energy create shapes that linger
before dissolving. The line is a symbol of
human destiny; all its forms are its weave.

 
       
    Recording a wave and interference of two waves.
A wavelength characterizes each vibration,
each beam. Scientists attempting to unify
seemingly disparate fields have discovered
increasingly subtle and rare particles.
And they use the same mathematical symbols
for describing a light wave, a vibrating
guitar string, a sound wave or a ripple
of water.
 
       
    In Australia, the Primal Snake represents
primordial matter, as is the case in many other
traditions whose tribal stories refer to the
Rainbow Snake. It represents the weft of energy
or conscience which initially is total peace
and then transforms into vibrations, sound,
color, and shapes. Waves have been represented
around the world since time immemorial like
those etched in long-ago epochs in the cairns
or in the tumuli, in the Celtic or Ethiopian
Menhirs, and in the Moai Easter Island heads.
Humans have always etched or drawn, using the
line to trace a movement. This line is an
ancestral pathway that binds us by an unbroken
chain of our early human kingdoms of creation
and through them the kingdoms that followed.
Tied to this line, we are connected to this
energy in the universe and to all its creatures,
passing through a line of all that has proceeded
and all that will follow in harmony with the
surrounding natural world. For Peruvian
Indians like for all early humans, plants,
animals, and even stones are living entities.
They form the unbroken threads of the fabric
of life, cut from a single cloth, woven of
the living and the dead.
These lines communicate with each other and
are passed down through each of life’s stages:
puberty, marriage, birth or death.
Drawing may be one of the oldest art forms.
And it immediately begs questions about the
human condition. Ars Lineandi (Art of the Line),
the art of tracing the draughtsman or engraver’s
line, whether Lombard, Irish, Celtic, Arabic,
Asian, prehistoric, medieval or contemporary,
structures the movements of the soul.
 
       
    One of the most extraordinary examples of the
graphic representation of this line is the DNA
strand, which evolves in a liquid medium.
DNA strands cross, uncross, and are bound by
the action of enzymes.
DNA is an aperiodic crystal that has remained
constant since its inception.
Only approximately four letters that code DNA
change from one living species to another.
DNA is believed to have appeared nearly 3.5
billion years ago and it has multiplied into
countless different species, while remaining
fundamentally unchanged.
As such, DNA is a long single chain consisting
of two interlaced strands connected in their
middle by four bases. DNA and its replication
mechanisms are the same in all living beings.
From one species to another, only the order
of the letters changes. This constancy dates
to the very origins of life on Earth.
DNA can be thought of as a language,
its alphabet consisting of chemical letters
and punctuation marks.
These letters and symbols relate to the
twenty amino acids, which are the building
blocks of proteins and are coded in an extremely
intelligent manner. Scientists represent
the collagen triple helix with DNA interlacing.
 
       
    It is becoming increasingly irrefutable that
a single genetic code for all living beings
consisting of 64 words will be discovered;
life’s intelligent blueprint manifested in its
threefold aspect of creation, preservation,
and destruction.